Route Massakory-Ngouri: le secrétaire d’Etat constate l’avancée des travaux

Le Secrétaire d’Etat aux Infrastructures, au Désenclavement et aux Transports, M. Mahamat Hamid Koua, à la tête d’une délégation des cadres techniques de son département ministériel, a effectué, le vendredi 2 juin 2016, une descente sur le chantier des travaux d'aménagement et de bitumage de la route Massakory-Ngouri. Il s’est agi, pour le Ministre, de s'imprégner des conditions de sa mise en œuvre et son état d’avancement d’une part et d'autre part s'enquérir des éventuelles difficultés auxquelles est confrontée l’entreprise contractante dans la conduite des travaux.

A son Arrivée  à Massakory, la délégation a été accueillie par le gouverneur de la région de Hadjar Lamis. Après les civilités d’usage, la délégation a mis le cap sur le PK 35 où des travaux de terrassement s’y déroulent.

Sur place, le Ministre a trouvé hommes et engins à pied d’œuvre dans la tâche pour donner forme et vie à la route. Ce travail consiste à enlever l'argile (inappropriée pour la route) à l'aide d'engins lourds pour la remplacer avec du sable limoneux par la technique du remblai pour stabiliser le terrain et offrir une bonne emprise au bitume, empêchant ainsi à la voie de se gondoler lors son utilisation. A ce niveau, le Ministre a reçu de la part des techniciens de SOROUBAT, des explications détaillées sur le déroulement des travaux. Sur le chemin de retour, la délégation a marqué plusieurs arrêts au cours desquels le ministre n’a pas manqué de poser des questions d’éclaircissements sur le déroulement des travaux, la qualité de l'ouvrage, le délai d’exécution, la sécurité des employés et la préservation de l’environnement ainsi que l’employabilité de la main d’œuvre locale. A toutes ces préoccupations, des réponses idoines ont été apportées par l’entreprise en charge des travaux ou la Mission de Contrôle. De l’avis général de toutes les parties prenantes dans la mise œuvre du projet, les travaux sont à un niveau d’exécution jugé satisfaisant, huit (8) mois après le démarrage du chantier. L’avancement global est estimé à 12,52% pour une consommation des délais de 23,36% et une consommation financière de 9%, y compris l’avance de démarrage.

Tirant la conclusion de cette visite marathon, le Secrétaire d’Etat M. Mahamat Hamid Koua,  s'est réjoui de l'état d'avancement des travaux. Il a qualifié cette route d'un vieux rêve qui est en train de prendre forme grâce à la volonté et à la détermination du Président de la République, Son Excellence Idriss Deby Itno. A cet effet, il a rappelé à l’entreprise contractante et à la mission de contrôle l’impatience du maître d’ouvrage, de voir aboutir dans les délais contractuels ce projet dont l’importance pour l’économique locale et nationale n’est plus à démontrer. Le directeur des travaux, M. Ghassen Hachicha, a rassuré le Ministre que toutes les dispositions sont prises pour que rien ne puisse arrêter le cap mis pour respecter strictement les délais impartis.

Cette voie longue de 85 kilomètres est une section de la route transsaharienne qui reliera à terme le Tchad aux ports de l’Afrique du Nord  (Algérie et Tunisie). Elle aura une largeur de 10 m dont 7 m de béton bitumeux pour la chaussée avec 2 fois 1,5 m pour les accotements avec les variantes suivant les sections. Le marché prévoit également la construction de 135 ouvrages hydrauliques de type dalots, une station de péage, une station de pesage routier ainsi que l’aménagement d’une aire de repos. Démarré le 18 septembre 2015, le projet a un délai d’exécution de trente-six (36) mois y compris les saisons des pluies. Il est exécuté par l’entreprise SOROUBAT pour un montant de 49 831 399 257 de FCFA TTC, cofinancé par la Banque Islamique de Développement (BID) et l’Etat tchadien. Le contrôle et la surveillance de ce marché sont sous la houlette du groupement Cira/Technoroute pour un montant de 1.010.929.800 FCFA  HTT pour un délai de trente-huit (38) mois.

 

Copyright © 2017 Ministère des infrastructures et des transports - Tchad. Tous droits réservés.